Destination Bénin : Savalou ne réclame plus sa beauté, elle l'entretient simplement.

Tournée présidentielle

Pourrait – on parler de cette ville sans s’incliner devant la grande famille des «Gbaguidi » et ses dynasties royales « Lintono », « Gougnisso », « Dadavodou » et « Zoundégla » ?

Pourrait -on s’adresser à cette ville sans associer à son nom d’origine le qualificatif de « La belle » ?

Savalou force l’admiration non seulement par la beauté de son relief mais aussi l’élégance légendaire de ses filles et femmes dont les rondeurs naturelles s’expriment harmonieusement au rythme du Tchinkounmè ou du Toba Hanyé, . Et que dire de la richesse de cette culture imposante, « la culture Mahi » qui se particularise à travers la plupart des compartiments de la vie sociale : la langue, la cuisine, les rythmes, les croyances etc. !

Oui, Savalou ne réclame plus sa beauté, elle tente de l’entretenir simplement, par la voix patriarcale et les chansons hautement philosophiques du roi Alokpon et ses disciples ; le « flé » (sifflet traditionnel) ; le son des calebasses retournée dans l’eau ainsi que tous ses talents contemporains d’art Hermas Gbaguidi ; Laudamus Sègbo ; Patrice Toton ; Bella Agossou et encore…

Savalou a engendré plein de talents, mais pas que. Elle a aussi donné des cadres et et des personnalités politiques dont quelques-uns sont Paul Dossou, ancien ministre des finances ; Dorothé Sossa, ancien garde des sceaux, Célestine Zanou ancienne DC du président Kérékou, Désiré Adadja, Rodrigue Tchaou pour ne citer que ceux-là.

Chaque 15 Août Savalou met une nouvelle robe et va à la rencontre de ses courtisans par la célèbre « fête de l’igname » qui consacre la sortie de la nouvelle récolte de l’igname, moment attendu sur toute l’étendue du territoire national pour démarrer la consommation et la commercialisation de ce tubercule. Preuve qu’à Savalou la prédominance et le leadership n’émanent pas que du palais royal et des souverains ; ils sont aussi dans l’influence historico-culturelle de ce territoire qui s’est étendue autrefois jusqu’à la lisière du plateau d’Abomey et jusqu’à Agonli chez les « Mahi ba so kpo » (Mahi sans les collines).

Savalou, ce furent des années de résistance et de rivalités avec le royaume du Danxomè. Par le passé (période coloniale), c’était un centre d’influence. En qualité de cercle du moyen Dahomey, Savalou avait à sa tête un administrateur colonial, commandant de cercle et s’étendait sur 16.230 km2. Elle comprenait les cantons de Savè, Savalou (le chef-lieu), Dassa-Zoumè, Ouèssè, Kilibo, Djalloukou, Mahi, Bantè, et Manigri. Elle couvrait aussi toute la région du Zou-Nord actuel et quelques communes du Nord-Bénin (Bassila, Tchaourou). C’est après l’indépendance de 1960 qu’une réforme administrative crée les Sous-préfectures de Savè et de Dassa-Zoumè et il faudra attendre 1978 pour que naissent les sous-préfectures de Bantè, de Glazoué et de Ouèssè.

Aujourd’hui, via la décentralisation, Savalou a le statut de commune. Elle est établie sur 2 674 km2 et entourée de plusieurs collines et monts : collines jumelles de Kpataba-Savalou, le mont Sègui de Logozohè, et également la chaîne de Monkpa "Alokpasso" longue de 2km environ partie de la colline Donmononso passant par Agbassa, Atalalikwé jusqu'à Wallaso et la colline Logboso au Sud-Est du même arrondissement. Elle a la population la plus importante du département des Collines et se tient au milieu des communes de Dassa-Zoumè et de Glazoué à l’Est ; Djidja au Sud, Bantè au Nord et la République du Togo à l’Ouest sur environ 65 km (limite Nord-sud). Elle comporte 04 arrondissements de type urbain : Aga, Agbado, Attakè et Ouèssè et dix de type rural Djalloukou, Doumè, Gobada, Kpataba, Lahotan, Lèma, Logozohè, Monkpa, Ottola et Tchetti.

Savalou est administrée par un conseil communal de 25 conseillers communaux et 494 élus locaux ayant à leur tête un Maire, deux adjoints, quatorze chefs d’arrondissement et 70 chefs de villages et de quartiers. Le maire Delidji Houindo en a la charge depuis Juin 2020.

Grâce au Programme d’actions du Gouvernement 2016-2021 du Président TALON, la ville bénéficie de la construction d’un stade communal dans le cadre de l’érection de 22 stades omnisports sur toute l’étendue du territoire national ; de la construction d’une station d’eau d’une capacité de 150 m3 pour desservir la ville ainsi que la réhabilitation de la route Dassa-Savalou-Djougou (260,70 Km).

Arrivé à Savalou, ne perdez pas de temps, goûtez à un bon plat d’igname pilée à la sauce d’arachide. Ensuite, arrosez le tout avec du tchapalo fait localement.

Rendez vous belles et beaux en visitant Savalou, Destination Bénin.

Partagez cette page sur vos réseaux sociaux :

Restez connecté

La newsletter

Recevez périodiquement l’essentiel de l’actualité gouvernementale.

Rejoignez-nous

Toute l’actualité du Gouvernement en temps réel
sur nos réseaux sociaux.