CORONAVIRUS - Quid du confinement obligatoire des voyageurs à leur arrivée au Bénin ?

Il circule depuis un moment, que le Ministère de la santé a décidé sans raison valable, de libérer des personnes placées en quarantaine depuis le mercredi 18 mars 2020, violant ainsi la mesure stricte de 14 jours que le Gouvernement a édictée face à la pandémie du Coronavirus . Ces informations distillées dans l'opinion sont en parfaite contradiction avec la version des autorités du Ministère de la santé. Approchées, celles-ci ont déclaré qu'il s'agit d'une série de contrevérités qui mérite d'être clarifiée.

Comptes rendus

Que s'est-il passé au juste dans la nuit du mercredi 18 mars au jeudi 19 mars 2020? En réalité, il est utile déjà de rappeler que le plan de quarantaine annoncé par le Conseil des Ministres en sa séance extraordinaire du mardi 17 mars 2020 est mis en exécution à compter d’hier, jeudi 19 mars 2020 à 00 heure. 
Qu’y-a-t-il eu alors dans la nuit du mercredi à Jeudi ?  Pourquoi des passagers ont été placés dans des hôtels alors que la mesure de quarantaine n’a pas encore été mise en exécution ? 

A ces questions, les autorités du Ministère de la santé ont expliqué que l’opération d’hier a été inspirée par une démarche allant dans la continuité de celle qui était en cours avec la prescription de l’auto-confinement. En effet, il a été porté à la connaissance de toutes les compagnies à destination de Cotonou d’informer tous les passagers à bord de leurs appareils qu’il sera procédé à une mise en quarantaine à leur arrivée sur le territoire béninois le mercredi 18 mars 2020. Ces compagnies ont choisi délibérément d’ignorer cette information mettant ainsi les autorités sanitaires et aéroportuaires face à des passagers non préparés à une mise en quarantaine. Sous la supervision des ministres en charge de la Santé, des Finances, de l’Intérieur, des Transports et de la Défense, tous les passagers ont été conduits dans 3 des hôtels réquisitionnés (offrant un cadre plus agréable et plus calme que l’aéroport), afin d’évaluer individuellement, de façon approfondie et avec sérénité,  le plan individuel d’auto-confinement de chacun d’eux. La finalité de cette action était de s’assurer que chaque passager comprenait le principe, ses exigences, les sanctions possibles en cas de violation et les mesures prévues pour en assurer un suivi strict et rigoureux afin de les accompagner au mieux. L’évaluation a été faite individuellement et au regard du plan proposé, la décision d’un auto-confinement ou d’une quarantaine a été prise en toute lucidité et sans complaisance. 

Le cas particulier de l’hôtel "Sun Beach" qui défraie la chronique mérite certaines précisions. En effet, sur les 73 passagers admis dans cet hôtel pour l’évaluation du plan d’auto-confinement, 24 dont les plans d’auto-confinement ont été évalués et validés ont été autorisés à rentrer. L’exercice d’évaluation ayant pris fin tard dans la nuit, ils ont préféré attendre la levée du jour pour leur départ. Au moment de leur sortie, le gérant a malencontreusement pris la décision de faire sortir 8 autres passagers non autorisés par le personnel de santé. Le concours des autorités compétentes a permis de les retrouver et de les accompagner dans le respect du plan d’auto-confinement ou de retour en quarantaine. 

Il faut rappeler qu’aucun incident n’a été noté au niveau des autres hôtels et que les personnes nécessitant un plan d’isolement approprié respectent strictement la mesure sous le regard avisé du personnel médical, des forces de défense et de sécurité.

Le gouvernement invite les populations au calme et au respect des mesures officielles prises.

Toutes les informations officielles liées à la gestion de la pandémie du Coronavirus ( Covid-9) au Bénin sont disponibles sur la plateforme digitale "Infos Coronavirus" à l'adresse :  https://www.gouv.bj/coronavirus

 

Partager cette page sur vos réseaux sociaux :

Restez connecté

La newsletter

Recevez périodiquement l’essentiel de l’actualité gouvernementale.

Rejoignez-nous

Toute l’actualité du Gouvernement en temps réel
sur nos réseaux sociaux.