Assainissement des plans d’eau du sud Bénin : Gaston DOSSOUHOUI découvre les lagunes de Ouidah, Grand-Popo et le lac Ahémé sans engins prohibés

L'opération est une réussite, en attendant d’aller constater ce qui est fait dans les autres eaux, notamment la lagune de Cotonou et celle de Porto-Novo a laissé entendre le ministre Gaston Cossi DOSSOUHOUI au terme de sa visite.

Comptes rendus

Le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a remonté, le vendredi 25 octobre 2019, les lagunes de Ouidah, de Grand-Popo et le lac Ahémé. Gaston Cossi DOSSOUHOUI est allé constater les travaux d’assainissement de ces plans engagés depuis le 12 août dernier. Et après 4 heures de temps passées sur les eaux, la satisfaction est totale chez l’autorité en charge de la pêche.

Il y a deux mois, les eaux des lagunes de Ouidah, de Grand-Popo et du lac Ahémé étaient encore jonchées d’engins de pêche prohibés. A la date du vendredi 25 octobre 2019, il n’y a plus de traces de ces engins dans ces eaux. L’opération d’assainissement des plans d’eau du sud du Bénin mise en place par le Gouvernement béninois et exécutée par quatre entreprises aura atteint ses objectifs. Les quatre barques motorisées qui transportaient les membres de la délégation du ministre ont facilement circulé sur ces eaux sans accrocher les engins de pêche qu’abritaient ces eaux. Ceci, contrairement à la première visite effectuée par le Ministre DOSSOUHOUI il y a moins d’un an.

La délégation est partie de l’embarcadère de Ouidah. Elle a remonté la lagune de la ville historique, celle de Grand-Popo. Une halte a été observée à l’embouchure de Sodomè. Puis retour vers Djondji au niveau du canal des trois eaux. Ensuite, cap sur le lac Ahémé via Guézin. Sur ce lac tout aussi propre désormais, le Ministre a pu discuter avec des pêcheurs qui venaient de remonter leurs prises. Une septuagénaire a eu le privilège de voir ses crabes achetées par le Ministre, moyennant le triple de leur valeur. Pour cette dernière, c’est du bonheur. Au ministre, elle a exprimé toute sa joie de constater le lac débarrassé des engins de pêche prohibés. Elle transportait d’ailleurs quelques branchages « d’accadja » non encore enlevées du fond des eaux. «On ne veut d’elles dans nos eaux », a-t-elle souhaité. Elle a ensuite adressé ses remerciements au Chef de l’Etat et à son ministre. Pour elle, il faudra veiller aux grains afin que les engins ne reviennent plus. Même préoccupation exprimée un pêcheur, trois décennies plus jeune que la vieille. Pour lui, depuis que les engins sont enlevés, les eaux appartiennent à tout le monde. Plus d’espace réservé sur l’eau. «Aujourd’hui, on peut lancer son filet partout et aller vendre les prises », a-t-il souligné. «Merci au Chef de l’Etat et à vous Monsieur le Ministre pour le travail que vous avez fait. On n’y croyait pas. Mais on constate maintenant que c’est chose faite », a ajouté le pêcheur avant de s’éloigner.

Pour le Ministre DOSSOUHOUI, l’opération est une réussite, en attendant d’aller constater ce qui est fait dans les autres eaux, notamment la lagune de Cotonou et celle de Porto-Novo. L’Autorité a cependant fait quelques observations aux entreprises pour améliorer le travail fait. La prochaine étape, selon le Ministre, c’est le dragage de certaines portions de ces eaux, la réhabilitation de la mangrove puis la mise en place d’autres infrastructures.

Selon Christian VIAHO, Directeur Technique de l’Agence pour le développement intégré du lac Ahémé et ses chenaux, après l’opération d’assainissement, les berges seront valorisées. « C’est un vaste programme qui est conçu par le Gouvernement. Sa réalisation mettra en valeurs nos eaux du sud Bénin », espère M. VIAHO.

Partager cette page sur vos réseaux sociaux :

Restez connecté

La newsletter

Recevez périodiquement l’essentiel de l’actualité gouvernementale.

Rejoignez-nous

Toute l’actualité du Gouvernement en temps réel
sur nos réseaux sociaux.