Production de 1 million de tonnes de riz en 2022 : Gaston DOSSOUHOUI galvanise la troupe

Le Ministre en charge de l’Agriculture est allé à la rencontre de tous les acteurs impliqués dans la production du riz, structures étatiques, Agences territoriales de développement, agents de terrain, les coordonnateurs des Projets/Programmes.

Comptes rendus

Le Bénin veut atteindre la production de 1 million de tonnes de riz en 2022. Pour réaliser ce challenge, le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Gaston Cossi DOSSOUHOUI, a décidé d’aller galvaniser la troupe sur le terrain. C’est un pari à gagner à coup sûr. 1 million de tonnes de production de riz en 2022. Pour ce faire, un programme d’urgence vient d’être lancé à cet effet.

En effet, depuis plusieurs semaines, le Nigéria a fermé ses frontières, surtout à cause de la réexportation du riz d’ailleurs sur son territoire. Et pour ne plus amener le grand voisin à prétexter de cette raison pour fermer ses frontières, il faut suffisamment produire le riz au Bénin, nourrir les Béninois avec, transformer une partie et exporter le surplus. Aujourd’hui, le Bénin est à au plus 400.000 tonnes de production du riz. A peine ce qu’il faut pour nourrir les Béninois de cette culture. Alors, il faut agir pour booster la production. A cet effet, le Ministre en charge de l’Agriculture est allé à la rencontre de tous les acteurs impliqués dans la production du riz, structures étatiques, Agences territoriales de développement, agents de terrain, les coordonnateurs des Projets/Programmes.

Alibori, Atacora, les bassins de production du riz sont sillonnés par le ministre DOSSOUHOUI pour amener les uns et les autres à changer de paradigme. Parallèlement, un atelier est organisé pour « Elaborer un plan d’urgence » dans le but de porter la production du riz à un million de tonnes dans trois ans. Les Projets/Programmes, les Agences Territoriales de Développement Agricoles implantées dans les bassins du riz, la Direction de la Production Végétale du MAEP, l’Institut National de la Recherche Agricole du Bénin (INRAB) et la Direction de Programmation et de la Prospective du MAEP, y étaient représentés.

Sur le terrain, le Ministre Gaston Cossi DOSSOUHOUI a tenu des séances de travail avec les représentants des Projets/Programmes exerçant dans les pôles 1, 2 et 3, les ATDA 1, 2 et 3 pour faire connaître cette nouvelle ambition et demander à chaque maillon de jouer pleinement sa partition. Et pour le Ministre, le Bénin dispose déjà d’atouts importants pour y arriver : de bonnes semences, de bonnes formules d’engrais, des sols aptes pour la culture, des aménagements de milliers d’hectares déjà disponibles avec maitrise d’eau. Ce qui reste, a-t-il dit, c’est la volonté humaine, le professionnalisme au travail.

«La réalité des fermetures cycliques des frontières du Nigéria nous amène à être plus ambitieux. Dédoubler les muscles, accompagner les producteurs. Il faut de l’appui conseil aux producteurs, le suivi rigoureux des itinéraires techniques, une bonne organisation des récoltes pour minimiser les pertes post-récoltes. Quand on se fixe des objectifs qualitatifs et quantitatifs, on tutoie les performances. Quelque chose doit changer en votre temps», a régulièrement martelé le Ministre aux différentes séances de travail. Le Ministre a sillonné des champs de riz, apporté des conseils aux producteurs, amené ses agents à corriger certaines choses, pendant qu’il est encore temps. «Mon pays le Bénin s’engage à produire un million de tonnes. J’y crois. Ce sera chose faite», a rappelé le Ministre.

Le riz et les autres spéculations

En dehors du riz, le Ministre a appelé les Coordonnateurs de Projets/Programmes, les ATDA, pôle 1, 2, 3, les Directeurs départementaux de l’Alibori, de l’Atacora et de la Donga, de changer de braquet pour produire en quantité et en qualité d’autres spéculations, notamment le maïs, le karité, le soja, pour gagner le pari de la sécurité alimentaire. Des champs de soja, de coton, d’igname, de cajou sont aussi visités par la délégation ministérielle.

Pour l’élevage, le Ministre a également mis l’accent sur le nouveau Programme de production de parcelles fourragères visant à sédentariser les bétails. «Nous allons tout faire pour atteindre les nouveaux objectifs du Gouvernement. Nous n’allons pas rater ce virage. Le Gouvernement peut compter sur nous», a rassuré le Directeur Général de l’ATDA, pôle 1, Monsieur Jean DANSOU GBETO. Le message du Ministre est bien entendu et les instructions seront respectées, rassurent les agents et les coordonnateurs des Projets/Programmes. «Nous sommes venus pour faire du Bénin, une puissance agricole. Rien ne nous empêchera de le faire», a répété le Ministre aux différentes séances de travail.

Partager cette page sur vos réseaux sociaux :

Restez connecté

La newsletter

Recevez périodiquement l’essentiel de l’actualité gouvernementale.

Rejoignez-nous

Toute l’actualité du Gouvernement en temps réel
sur nos réseaux sociaux.