Arraisonnement des camions de vivriers dans le Nord-Bénin : Les mesures du Gouvernement portent déjà leurs fruits

Comptes rendus

C’est une vérité de La Palice. Les prix des produits de grande consommation flambent sur les marchés. Très rapidement, le Gouvernement du Président Patrice TALON a pris des mesures qui portent déjà leurs fruits. 

« Depuis la décision d'interdiction de sorties incontrôlées des produits agricoles, beaucoup de saisies de plus de 3000 sacs, soit plusieurs centaines de tonnes de vivres en partance pour l’extérieur sont observées. Ce qui permet aux Béninois d’avoir les produits disponibles et de dépenser moins par rapport à ce qui se passe dans les autres pays. Si on ne fait rien, il y aura une forte tension sur le marché intérieur… ». Voilà les propos de Madame Alimatou Shadiya ASSOUMAN, Ministre de l’Industrie et du Commerce à l’occasion de sa sortie du vendredi 02 juillet 2021 sur les antennes de la télévision nationale du Bénin au sujet de la flambée des prix des produits de grande nécessité. 

Selon les explications du ministre, le Gouvernement a vu juste en décidant d’interdire lors du Conseil des ministres du mercredi 16 juin 2021 les « sorties incontrôlées des produits agricoles en attendant la prise de mesures spécifiques qui pourraient découler des conclusions du comité ad hoc mis sur pied à cet effet… ». Entre autres produits, on peut citer le maïs, le sorgho, l'haricot, le mil, le soja, le gari...etc. régulièrement convoyés vers les pays de la sous-région. 

Patience et patriotisme 

À preuve, plusieurs camions chargés de vivres de toutes sortes sont arraisonnés dans les zones frontalières. L’un des derniers cas en date étant celui du département de l’Alibori dans le Nord-Bénin. Selon les explications de la Ministre en charge du Commerce, les aléas climatiques ayant causés la rareté et le retard dans l’installation des pluies est une cause importante et irréfutable. Mais, la forte demande des pays voisins qui sont de grands consommateurs de produits vivriers en est également une autre. Tout ceci ajouté à la cherté des produits importés crée une grosse tension sur les marchés dont le Bénin n’a pas l’apanage. 

À en croire la Ministre ASSOUMAN, la situation des produits importés est différente. Elle est essentiellement due aux effets pervers de la Covid-19. « Les matières premières sont plus chères et c’est le consommateur final qui paie la facture. Il n’y a pas de nouvelles taxes. La réalité est que les containers sont de plus en plus rares et très chers. La tendance est générale. », dit-elle avant d’inviter les Béninois à la patience et au patriotisme. « Il faut être patient. Les premières pluies viennent de s’installer. La demande des pays de la sous-région est très forte. Mais les dispositions sont prises au niveau de l’Agriculture pour augmenter la production. C’est ensemble que nous réussirons… ». 

C’est dire que si la tendance est maintenue, la tension observée sur les marchés va continuer par baisser, et les Béninois pourront profiter de la disponibilité des produits agricoles comme c’est le cas il n’y a pas si longtemps.

Partagez cette page sur vos réseaux sociaux :

Restez connecté

La newsletter

Recevez périodiquement l’essentiel de l’actualité gouvernementale.

Rejoignez-nous

Toute l’actualité du Gouvernement en temps réel
sur nos réseaux sociaux.