Secteur judiciaire : Les acteurs de la justice pénale en formation sur la piraterie et la criminalité maritime

Le bureau régional de l'ONUDC, par le biais de son Programme Mondial de lutte contre la Piraterie et la Criminalité Maritime (GMPC), avec le soutien financier de l'Union Européenne dans le cadre du projet SWAIMS (Appui à la Stratégie Maritime Intégrée de l'Afrique de l'Ouest), organise du 08 au 10 avril 2019 à l'hôtel Golden Tulip à Cotonou, un atelier de formation juridique sur la piraterie et la criminalité maritime en faveur des experts juridiques du Bénin.

Comptes rendus

La cérémonie d'ouverture de cet atelier, qui s'est déroulée dans la matinée de ce lundi 08 avril 2019, a été présidée par le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation, Me Séverin Maxime QUENUM, en présence du Représentant résident du Système des Nations-Unies au Bénin, Monsieur Siaka COULIBALY, du Représentant de l'Union Européenne, des représentants de l'Ambassade de France, de Belgique, d'Allemagne, des Pays-Bas et des États-Unis d'Amérique.

Selon l'expert ONUDC, Monsieur Benoît LE GOAZIOU, <<L'atelier a pour but de renforcer les capacités des organes de la Police judiciaire, des Juges et Procureurs, également des officiers de Police judiciaire qui sont amenés à lutter contre la piraterie maritime>>. Il a fait savoir que nombreux ateliers ont été organisés par l'ONUDC au cours des années précédentes et ont permis la formation de 130 magistrats sur les sujets légaux et la mise en place de réunions de coordinations.

Pour le Représentant résident du Système des Nations-Unies au Bénin, Monsieur Siaka COULIBALY, la criminalité maritime et  la piraterie sont une des préoccupations majeures qui nécessitent une réponse régionale pour l'ensemble des pays du golfe. <<Les évaluations et missions effectuées par l'ONUDC montre que dans la sous-région ouest africaine, très peu de pays possèdent les dispositions législatives et juridictionnelles encadrant l'infraction, mais aussi de capacité pour entreprendre des poursuites judiciaires à l'encontre des pirates>>, a-t-il laissé entendre. Une stratégie nationale maritime a été adoptée et est articulée autour de la coordination de l'État en mer.

Quant au Représentant de l'Union Européenne, l'atelier permettra aux participants d'échanger sur les bonnes pratiques et de développer un savoir-faire adapté au contexte béninois afin de jeter les bases d'une coordination future des efforts.

Dans sa prise de parole, le Ministre Séverin Maxime QUENUM, a fait savoir que, selon le Bureau Maritime International (BMI), les attaques de pirates en mer ont progressé dans le monde, allant de 180 en 2017, le chiffre est de 201 attaques en 2018. Ainsi, les États qui sont dans la zone du Golfe de Guinée ont résolu de conjuguer leurs efforts à lutter contre les actes de piraterie et de vols à main armée au moyen d'une action concertée, notamment l'instauration de patrouilles bilatérales ou régionales. Mais pour y parvenir, il faudra aller vers l'adoption de législations et de réglementations communes. <<Et pour une mise œuvre efficace de ces instruments internationaux, il importe que les praticiens, au niveau de chaque État, soient bien outillés. C'est ce qui justifie la tenue du présent atelier dont il n'est pas nécessaire d'indiquer la pertinence, car elle va de soi >> a dit le Garde des Sceaux. Il a, pour finir, adressé la reconnaissance du Gouvernement du Président Patrice TALON aux organisateurs et invité les participants à prêter une attention studieuse aux contenus des modules de formation qui seront présentés.

Partager cette page sur vos réseaux sociaux :

Restez connecté

La newsletter

Recevez périodiquement l’essentiel de l’actualité gouvernementale.

Rejoignez-nous

Toute l’actualité du Gouvernement en temps réel
sur nos réseaux sociaux.